31 décembre 2010

2011

hibiscus@mailasail.com

Vacances à Itaparica

Nous avons enfin des nouvelles de Jacques (Moana).  Il devrait arriver juste avant le nouvel an...  Nous décidons donc de rester à Itaparica pour une semaine et vivre doucement au rythme paisible du village...  sauf le soir quand le front de mer est le lieu d'une compétition de décibels...  des voitures bourrées de haut-parleurs qui pulsent des centaines de watts de musique Brésilienne.

28 décembre 2010

La "cohue" à Salvador de Baya!!!

Nous décidons de retourner à Salvador par le ferry  pour découvrir l'autre facette de la ville!!! (la première visite étant pour effectuer les formalités d'entrée).  Nous partons tôt le matin du mouillage d'Itaparica et  prenons un "kombi VW" (une estafette sans age, cabossée de tous les cotés, qui file à vive allure sur des pistes ensablées)  pour nous rendre à Bom Despacho là où le ferry se trouve..

25 décembre 2010

Feliz Natal

On va passer un réveillon de Noël tranquille dans le village de Itaparica. Mais...

24 décembre 2010

De Cabedelo à Salvador de Bahia

Enfin nous quittons Jacaré et le port de Cabedelo.  Nous sommes contents car cet endroit nous inspirait guère!
Chris et Penny, un couple d'Anglais du Pays de Galles, partent en même temps que nous sur "l'Esprit de la Mer".  Nous décidons de faire route ensemble.
La veille nous avons fait la fête avec nos potes de la marina et ce matin il nous reste un petit mal de tête.  Ils sont tous sur le ponton pour nous aider à larguer les amarres et nous souhaiter bon vent... sauf Jacques qui doit encore digérer la dernière Caïpirinha.

Nous partons Dimanche 19 Décembre matin à 9h00 quand la marée est haute.  En effet, en étant dans une rivière, les courants sont importants quand la marée monte ou descend. Il faut donc profiter des étales de pleine ou basse mer pour quitter le ponton sans risque de se faire déporter sur les autres bateaux. 
Remontée tranquille de la rivière Paraïba jusqu'à l'embouchure.  Un peu de vagues là où la rivière rentre dans la mer.  De plus nous devons tirer des bords pour rester dans le chenal qui est bordé de récifs et de bancs de sable.  Enfin lorsque nous sommes assez loin des récifs côtiers nous pouvons nous diriger un peu plus vers le sud. 
Petite brise tranquille, mer belle...  nous n'avançons pas très vite, mais nous avons le temps!  "l'Esprit de la mer" nous distance rapidement et nous nous donnons rendez-vous dans le port de Salvador. 
Les journées sont belles avec le soleil qui se lève vers 4h30 et se couche vers 18h00.  Il nous faut deux jours pour retrouver notre énergie et reprendre nos activités du bord: faire du pain, pêche, bricolage, lecture...  Nous nous partageons la nuit pour les quarts de veille - 4heures chacun.  En fait, avec l'électronique qui nous avertit tôt des cargos qui vont croiser notre route, il nous suffit de jeter un coup d'œil toutes les demi-heures.   Lever tôt, petit déjeuner de fruits frais et café vers 7h30...  première douche à l'arrière du cockpit quand le soleil monte un peu vers 10h00... Tiens si on mangeait un peu...  sieste...  douche dans le cockpit avant le coucher du soleil...  repas du soir...  début des quarts.   C'est incroyable comme le temps passe vite!
Le dernier jour (Mercredi 22) tôt le matin, nos deux lignes se tendent et nous remontons deux beaux thons à bord.  Nathalie est encore au lit et ne veut pas participer à la découpe des filets!  Mais on commence à faire cela très proprement.  Carpaccio pour midi, pavé de thon ce soir et nous en mettons aussi à mariner dans du soja...
Le vent tombe et l'arrivée à Salvador se fait au moteur.  Coucher de soleil à l'entrée de la baie, puis une demi heure plus tard c'est la nuit noire.  La lune ne se lèvera que dans quelques heures!  Arriver de nuit dans un port inconnu n'est pas trop rassurant!  Nous appelons Chris de 'l'Esprit de la mer" pour voir où il se trouve.  Il nous guide jusqu'à son bateau en zigzaguant entre des bateaux non éclairés et des barques de pêcheur.  Nous ne voyons rien autour de nous et nous lui faisons confiance...  on met l'ancre là où nous le conseille.  Le mur du brise lame est à quelques mètres derrière nous!
Surprise au lever du soleil en voyant une grande goélette à quelques mètres sur tribord et un ketch à quelques mètres sur bâbord... mais ça passe!  Une station service flottante est à une cinquantaine de mètres et c'est un ballet incessant de chalutiers et autres embarcations qui frôlent nos filières!!  On ne va pas rester ici longtemps mais avant nous devons participer au jeu de piste des formalités d'entrée!!  Police fédérale cachée dans le port de commerce en remontant à contre sens le flux des passagers qui se déverse d'un bateau de croisière....  capitainerie au fin fond d'une enceinte militaire...  Finalement nous avons tous les tampons nécessaires et après avoir acheté quelques fruits sur le marché, nous regagnons Hibiscus et levons l'ancre.  Direction l'ile de Itaparica à une vingtaine de kilomètres à l'ouest.

Nous décidons de mouiller un peu à l'écart de la marina avec une dizaine d'autres voiliers.  Quel calme!  le village à l'air paisible dans le soleil couchant.  Vite... fermons le bateau, mettons l'annexe à l'eau et allons découvrir cette escale.  Nous retrouvons Chris et Penny qui eux sont à la marina (afin de pouvoir connecter sur le secteur leur air conditionné).  Au détour de la place du village nous croisons nos voisins de bateau qui sont Allemands et un de leur amis qui habite sur l'ile depuis 10 ans.  Ça se finit sur la terrasse d'un café face à la mer...  jusqu'à ce qu'un camion de livraison vienne se garer juste devant nous!  il est temps d'aller se coucher.







22 décembre 2010

Gueuleton de crevettes

Expédition pour trouver des crevettes fraiches sur le marché et faire les formalités de sortie de l'État de Paraïba.  Et oui, nous avons enfin décidé de se bouger et de rejoindre Salvador de Bahia pour les fêtes de fin d'année.

Nous partons avec Jacques et remontons la rue du village vers la gare.  Objectif, prendre le train de 8h06 pour éviter la chaleur.  8h15... toujours pas de train!!!  Et oui, toujours en panne!  prochain train dans 1h30.  Alors nous traversons la rue jusqu'au "café de la gare" et commandons un café.  Toujours aussi mauvais!!  Mais où est le café Brésilien??

Arrivés à Cabedelo nous trouvons la capitainerie "provisoire" qui n'est pas équipée d'ordinateurs.  Dans une pièce vide un officiel nous tend des formulaires qu'il semble découvrir en même temps que nous.   Avec son aide on renseigne le formulaire avec des informations qui nous semblent inutiles (voire la marque de notre radio VHF!!!).  Enfin toutes les cases sont remplies.  Il nous envoie en ville faire des photocopies et à notre retour nous rend l'original décoré d'un superbe tampon officiel et de sa signature.  Nous sommes en règle!

Direction le marché.  Il fait chaud!  alors premier achat, des chapeaux de paille.  Puis le marché aux poissons d'où nous repartons avec 2kg de grosses crevettes.  En passant par le marché aux fruits on ne peut pas résister.  Et nous voilà chargés de 10kg de mangues, papayes, fruits de la passion... et bananes que la marchande sort de dessous son étalage pour nous faire gouter... un délice, on n'avait jamais mangé de bananes aussi juteuses, fondantes et sucrées!   Midi approche...  En passant devant un barbecue on déguste une petite grillade de poulet arrosée d'une bière, puis direction la Gare.   Tiens, le train est presque à l'heure pour renter à Jacaré!

Au soleil couchant tout est prêt pour notre festin de crevettes que Jacques vient partager avec nous.  Pour commencer, apéritif sur la terrasse accompagné de crevettes froides avec la sauce rose qui va bien (secret de Nathalie).  Puis crevettes juste cuites dans un fondu d'oignons et de poivrons arrosé de lait de coco, servi avec du riz et un petit vin blanc d'Arbois bien frais pour les accompagner!  Aie, Aie, Aie, quel délice.  Nous léchons le plat jusqu'à la dernière trace.  Pour la suite, les chefs (nous tous) avions prévu des crevettes grillées avec huile d'olive, sel et piment.... Mais c'est trop et nous les gardons pour demain.  Nous passons donc directement au dessert...  Des bananes au sucre de canne et flambées au rhum...  Quelle soirée!  j'en ai encore l'eau à la bouche. 

Jacques a traversé l'Atlantique seul sur son voilier.  C'est un magnifique ketch en alu qu'il a mis 10 ans à retaper...  j'ai rarement vu un voilier aussi bien remis en état  - mieux que neuf car Jacques est un marin et il a pensé à tout!  Il navigue quatre mois par ans lorsque la marina qu'il gère au lac de Constance est fermée.  C'est un bon vivant qui, même seul en mer, prend plaisir à se préparer de bonnes recettes avec le poisson qu'il pêche - photos à l'appui!  Bref, nous avons trouvé un compère avec qui partager et apprécier la bonne cuisine.   Nous décidons donc de se retrouver vers le nouvel an à Salvador de Bahia où sa compagne vient le rejoindre...  et on a déjà quelques idées pour le menu.... 
(nous mettrons des photos quand nous serons à terre)




Un peu de repos à Jacaré

Nous profitons de ces quelques jours pour aller découvrir un village (avec Sam et Jacques) de l'autre coté de la rivière, derrière les mangroves et les palmiers.  Pour y aller on prend une barque avec 13 personnes à bord + un vélo.  Elle file à toute allure , au raz de l'eau vers un autre bras du fleuve en contournant la mangrove.  Débarquement tout en douceur sur une plage de sable fin ( personne n'est tombé à l'eau).  Cette traversée nous a donnés soif et faim... nous marchons  sur une allée sablonneuse,  bordée de maisonnettes et de palmiers en espérant  trouver un endroit ou nous rafraichir...  ce village semble désert...  pas un chat mais quelques poulets maigrelets qui se sauvent devant nous!!!  

Nous trouvons un endroit ou boire , mais pour manger c'est à 5kms nous dit un villageois.  A peine le temps de terminer notre boisson qu'un bus passe devant nous.  Nous faisons signe au chauffeur sans vraiment y croire. Il s'arrête net dans un nuage de poussière et attend patiemment le temps de payer notre consommation et de rassembler nos affaires.  Aussitôt à bord et même pas encore assis,  il redémarre à fond... même assis il faut s' agripper à son siège car la piste est chaotique, caillouteuse  et  poussiéreuse!!!  Enfin nous arrivons "en vie" au village suivant ou le chauffeur nous indique un endroit ou manger.  Petit restaurant au bord du fleuve, avec piscine et palmiers...  Nous nous léchons les babines rien qu'à l'idée de pouvoir manger un plat typiquement Brésilien... on se contentera d'une salade de tomates frites accompagnée d'une "carne de sol" (viande style semelle en cuir)... qui à chaque bouchée doit être mastiquée au moins pendant 3mn avant d'être avalée...  le café nous laisse également un gout amer (café en poudre à peine tiède)...mais peu importe cela fait parti du folklore!! 

Un petit tour dans le village et il est temps de rentrer et décidons de prendre  un "bateau bus" (et oui un bus posé sur un bateau) qui va de l'autre coté de la rive à Cabedelo.  Le bateau est bondé, à se demander comment il peut flotter. L'intérieur est tout à fait un bus avec une barre à roue à la place du volant.  Un peu vieillot, coloré avec des gilets de sauvetage au dessus de nos têtes...  un peu douteux!!! Rien à voir avec les bateaux mouches Parisiens!!! nous payons le trajet  auprès du contrôleur en uniforme.

Arrivés à Cabedelo, nous allons vite vers la gare en espérant attraper un train avant que la nuit tombe.  Quelle chance!  un train part dans 10 minutes.  Nous montons à bord avec la foule...  10 minutes se passent... puis 15...  on se renseigne et on comprend que le train est en panne et qu'il ne partira que dans 1 heure... au mieux.  Finalement il s'ébranle et trois arrêts plus tard nous descendons à Jacaré.  Il fait nuit!  Plus que 500 mètres à pieds pour rejoindre la rivière.  Descend aussi du train une femme enceinte d'au moins 9 mois - elle est chargée de paquets dont nous nous emparons, de peur de la voir accoucher au milieu de la rue.  Et la voilà toute fière à faire la causette avec les riverains en montrant ses 4 touristes porteurs.  Nous apprenons qu'elle habite de l'autre côté de la rivière - là où nous étions ce matin - et il lui faut encore trouver une pirogue pour traverser!!! 
Journée bien remplie!!  pour oublier le repas du midi, nous préparons une bonne "plâtrée" de pâtes( pimentée comme il se doit) avec notre ami Jacques sur Hibiscus...et comme tout bon Français que nous sommes, nous pensons déjà au repas du lendemain, qui sera l'achat de crevettes  au marché de Cabedelo .On vous laisse deviner le choix de la recette!!!!!
  
(nous mettrons des photos quand nous serons à terre)


17 décembre 2010

Enfin quelques nouvelles du Brésil!!!


La marina de Jacaré village
Après 12 jours de traversée (voir détail journalier dans la rubrique "Carte / Journal de bord"), nous arrivons samedi 4 Décembre à la marina de Jacaré village, au nord est du Brésil dans l'état de Paraïba. Elle est située au bord d'un fleuve entourée de mangroves... et c'est bien connu!!! les moustiques adorent cet environnement! Jacaré veut dire Crocodile en Brésilien, mais ça fait longtemps qu'il n'y en a plus dans la région. Alors seuls les moustiques attaquent - heureusement ils ne sont actifs que pendant quelques heures au coucher du soleil et les répulsifs sont efficaces. Nous décidons d'y rester 1 semaine, afin de nous relaxer et effectuer quelques petites réparations sur le bateau.