24 novembre 2010

Au revoir le Cap Vert

En quittant l'ile de Sao Nicolau nous pêchons un thon (bonite?) rouge de 65 cm. 
Dernière escale officielle à Mindelo sur l'ile de Soa Vincente - la seule marina du Cap Vert.  Nous y passons 4 jours pour faire les pleins d'eau, de carburant et d'avitaillement en vue de la traversée de l'Atlantique. 
Nous y retrouvons des bateau copains dont l'Albatros avec qui nous partageons le thon rouge - un délice, cru ou cuit, ça fond dans la bouche.
Après avoir fait les formalités de sortie du Cap Vert nous prenons la mer en direction de l'ile de Brava qui sera notre dernière escale.

19 novembre 2010

Des nouvelles encore plus fraiches par email...

Nous nous rendons compte que le Blog ne favorise pas les échanges dans les deux sens...  Nous vous proposons deux nouveaux services:  "Nouvelles en direct" et "Suivre Hibiscus".  Et c'est gratuit!!!

Randonnée musclée!!!

Après une bonne nuit passée au Port de Tarrafal, nous nous sentons tous (Philippe, Stéphane, Valérie, Christian et moi même - Nathalie)  " frais comme des gardons " - nous retrouvons Alssis à 9h30 , chauffeur d' aluguer (définition: pick-up à bestiaux sans suspensions) qui nous conduit jusqu'au fameux sentier à Fajal (celui que nous avait indiqué Jean-Claude, le Suisse rencontré à La Gomera)... 

18 novembre 2010

Nouvelles aventures à Sao Nicolau


Nous décidons de quitter l'île de Sal avec nos amis de l'Albatros: Stéphane et Valérie.  Nous mettons les voiles (ou plutôt le moteur) un peu avant minuit afin d'arriver en vue de l'île de Sao Nicolau au soleil levant.

10 novembre 2010

No stress

Hibiscus au mouillage à Palmiero

Arrivée au mouillage à  Palmeira ,village typique du" Cabo Verde" où la notion du temps n'existe pas..
Dès notre arrivée à terre , l'ambiance est chaleureuse et festive...un contraste "saisissant" avec les iles des Canaries.  Les pêcheurs s'empressent d'écailler les poissons sur les rochers afin de les vendre rapidement à des prix "défiant toutes concurrences"....vivre au jour le jour n'est pas une devise, ni un choix mais une obligation.  Vendre leurs poissons le jour "J" leur permet de subvenir à un besoin quotidien.